Livrés avec un casque VR, les nouveaux Idol 4 affichent un équipement au top et des fonctions multimédias originales. Pour le plus haut de gamme, appelé 4S, le prix s’en ressent.

La marque Alcatel Onetouch a profité du MWC pour officialiser son nouveau nom : Alcatel, tout simplement ! Un véritable retour aux sources, du temps où l’entité était encore française, avant son rachat par le groupe chinois TCL. Mais ce sont surtout les annonces foisonnantes d’Alcatel qui ont retenu notre attention et plus particulièrement le renouveau de sa gamme de smartphones Idol, associée aux fonctions de réalité virtuelle.

Idol 4 deux tailles d’écran : 5,5 et 5,2 pouces

Deux modèles succèdent aux excellents Idol : l’Idol 4S, un modèle ultrafin (moins de 7mm d’épaisseur) équipé d’un écran Amoled Quad HD de 5,5 pouces et l’Idol 4 doté d’un écran 5,2 pouces IPS Full HD.

Plus puissants et mieux équipés, ces smartphones vont être commercialisés dans un packaging original qui se transforme, après ouverture, en casque VR. Un modèle dans lequel vient se loger le mobile, à la façon d’un Gear VR. Précisons que l’Idol 4 de base est livré sans casque. En revanche une version 4 Plus, équipée à l’identique mais vendue 30 euros plus chère, comprend, elle, cet accessoire. Des contenus dont ceux associés au Google Cardboard seront mis à la disposition de l’utilisateur.

Au-delà de la réalité virtuelle, les Idol 4 séduisent par leur nouveau design mêlant verre Dragontrail et métal .

Leur forme, aux lignes douces, restent assez proches des Idol 3. Concernant le métal, trois coloris seront disponibles : silver, dark grey et gold.

De nouvelles fonctions tournées vers le multimédia et les réseaux sociaux font leur apparition notamment au travers du bouton Boom Key situé sur la tranche des mobiles.

En veille, écran éteint, une pression sur ce bouton permet de prendre une photo en toute discrétion. Pendant l’écoute de la musique, on peut d’un appui augmenter le volume et activer ses paramètres enregistrés dans l’égaliseur. Lors de la consultation de ses photos dans la Galerie, une pression sur la Boom Key génère la création d’un collage photo qu’on peut partager sur les réseaux sociaux.

Plus spectaculaire, lors du visionnage de ses vidéos perso, appuyer sur le bouton applique instantanément des effets aléatoires : slow motion, dédoublement de l’image, etc. Un peu gadget mais au final assez bluffant. Il y a fort à parier que d’autres possibilités seront imaginées par Alcatel.

Dernière fonction waouh, le mode Fyuse qui génère des photos dans lesquelles on peut naviguer. Pour parvenir à ce résultat, pendant, la prise de vue, on laisse le doigt appuyé sur le bouton photo virtuel en balayant la scène de gauche à droite, voire de bas en haut. Puis, Fyuse modélise la photo pendant quelques secondes. Lorsqu’elle s’affiche, on peut alors naviguer dans ce cliché tout simplement en bougeant et en inclinant le smartphone.

Les Idol 4 sont comme leur prédécesseur réversibles mais Alcatel a augmenté les possibilités en doublant les micros et haut-parleurs situés en haut et en bas de l’écran. Ainsi, on en trouve désormais côté face mais aussi côté pile du mobile. On peut du coup décrocher en tenant le téléphone complètement à l’envers et écran vers l’extérieur du visage. Pratique quand on est pressé !

 

Pour finir, les Idol 4 affichent de belles caractéristiques. Le 4S est équipé d’un processeur Qualcomm Snapdragon 652 (un 8 cœurs à 1,8 GHz), avec 3 Go de mémoire vive. Sa mémoire de 32 Go est extensible jusqu’à 512 Go. En photo on trouve 2 capteurs 16 et 8 mégapixels et la batterie offre une capacité de 3000 mAh.
L’idol 4 est un cran en dessous avec un processeur Snapdragon 617 (8 cœurs à 1,7 GHz), une mémoire de 16 Go extensible, 2 capteurs 13 et 8 mégapixels et une batterie de 2610 mAh. Les deux smartphones fonctionnent avec Android Marshmallow dans une version graphique remaniée par Alcatel.

Les smartphones ne seront commercialisés qu’à partir du mois de juin. Comptez 249 euros pour l’Idol 4, 279 euros pour l’Idol 4 Plus et tout de même 449 euros pour l’Idol 4S. Alcatel ne nous avait pas habitués à un prix aussi élevé, même pour un haut de gamme !