Algérie Télécom n’envisage pas d’augmenter les tarifs de l’internet ni de bloquer l’accès à Skype, WhatsApp ou Viber, affirme le PDG du groupe Azouaou Mehmel. Selon lui, si un client constate un « étranglement » dans la connexion au réseau, cela ne peut qu’un « problème technique. »

Après avoir lancé une bibliothèque numérique en trois versions, l’opérateur historique de téléphonie, Algérie Télécom, compte investir davantage l’industrie du contenu en 2016 en lançant le service de vidéo à la demande (VOD), at-il annoncé mercredi 27 janvier lors de l’émission « L’invité du direct » de Radio M.

Selon Azouaou Mehmel, ce service sera disponible avant la fin du premier semestre de l’année en cours. « Nous sommes très avancés sur ce projet, qui peut intervenir bien avant cette échéance. Nous avons commencé avec un partenaire local, la Télévision algérienne, qui dispose d’un important catalogue, avant d’aller vers un autre fournisseur pour le contenu international » a-t-il déclaré.

« Il y aura un contenu gratuit et un autre payant », a-t-il précisé. Algérie Télécom se concentre actuellement sur la généralisation de l’accès à internet, en accompagnant le programme des pouvoirs publics, ainsi que sur l’amélioration de la qualité de service. « Mais le développement de contenus et de services à valeur ajoutée est aujourd’hui un impératif pour tout opérateur du fixe », a-t-il expliqué.

« Pas d’augmentation de tarifs »

Azouaou Mehmel estime que les besoins des consommateurs évoluent très vite à tel point que la bande passante, qui est de 505 Gbps, devra doubler d’ici deux années. C’est pourquoi, a-t-il expliqué, il faut aller vers le développement d’un contenu local.

Au sujet de l’évolution très rapide de la consommation de la bande passante internationale, il a indiqué qu’Algérie Télécom n’augmentera pas ses tarifs actuels ni ne procédera à la limitation de l’accès. Pour lui, si un client constate un « étranglement » dans la connexion au réseau, cela ne peut qu’un « problème technique. »

Sources