Djezzy traverse une période noire qui ne cesse pas de prolonger , ce Mardi, des travailleurs se sont rassemblé devant le siège social de l’entreprise pour contester la décision prise par l’entreprise pour les réaffecter dans des postes d’agents polyvalents, rapport El Watan ce mercredi.

D’après le Quotidien, ces travailleurs refusent l’option d’un départ volontaire avec une somme de 300 000 DA proposée par Djezzy, ils veulent que la tâche ménagère soit retirée du poste d’agent polyvalent et que la somme soit 1,2 million DA pour un départ volontaire.

La situation que vivent les courtiers de Djezzy est dans la continuation du plan social que l’opérateur a lancé il y a quelques mois, en Aout, Djezzy a fait un plan destiner à ses cadres pour « se séparer de l’entreprise ». L’opérateur offre deux chois à ses courtiers : accepter d’être abaissé à un poste de polyvalent ou accepter une identité arbitraire volontairement pour quitter l’entreprise.

Face au plan social, le gouvernement est impuissant au développement de la situation, pourtant l’état Algérien a pu racheter 51%  de l’entreprise à un prix de 2.6 milliards de Dollars, un montant qui a valorisé Djezzy que sa mère Russe Vimpelcom.

La situation est couronnée du fait que l’état Algérien n’a aucun droit de s’opposer aux décisions prises par Vimpelcom, telle que lancer un plan social qui fait perdre des emplois aux Algériens. D’après ce qu’on voit, Vimplecom veut faire une pression sur le gouvernement Algérien pour le forcer à acheter les parts qui restent de Djezzy à un prix trop élevé.