Les internautes algériens vont très bientôt surfer en très haut débit mobile à la faveur de l’attribution lundi des licences provisoires 4G aux trois opérateurs de la téléphonie mobile opérant en Algérie (Mobilis, Ooredoo et Djezzy).

Les trois opérateurs viennent d’acquérir les licences provisoires 4G après une étude de leur dossier par la commission en charge de l’attribution de ces licences relevant de l’Autorité de Régulation de la Poste et des télécommunications (ARPT).

Les lauréats de l’appel d’offre lancé en janvier disposeront de trois mois pour la commercialisation de ce service dont la mise en exploitation est prévue, au plus tard, pour le dernier trimestre de l’année en cours.

Contrairement à la 3G, lancée en Algérie en décembre 2013, aucun plafonnement n’est à prévoir pour ce qui est de la couverture 4G et les opérateurs auront la latitude de choisir le débit qui leur convient selon les moyens techniques et financiers dont ils disposent, avec pour seuil un taux de couverture de 10% dans les wilayas choisies durant les quatre premières années.

Selon l’ARPT, cette formule a été adoptée pour permettre aux opérateurs d’assurer, en même temps, les communications GSM, la 3G et la 4G.

La ministre du secteur avait indiqué récemment que la 4G était une passage obligé et que le fait de passer de la 3G à la 4G « n’est pas un grand investissement en soi ». Expliquant que, sur le plan économique, c’est un petit investissement qui sera rapidement rentabilisé, elle a relevé que les opérateurs offriront certainement la 4G avec un prix un petit peu plus élevé que la 3G. Selon elle, les trois opérateurs de la téléphonie mobile Mobilis, Ooredoo et Djezzy avaient prévu le lancement en Algérie de la 4G mobile en acquérant des appareils adaptables à la 4G.

Pour recevoir l’internet très haut débit en 4G mobile, il faut nécessairement disposer d’un appareil acceptant cette nouvelle technologie.

La majorité des smartphones et autres tablettes acquis par les Algériens ne sont pas adaptables à la 4G, explique à l’APS un spécialiste des TIC.

Depuis le lancement de la 3G, la demande algérienne en téléphonie mobile 3G est particulièrement soutenue, mais pas celle de la 4G.

« C’est, donc, un grand défi qui attend les opérateurs qui devront, dès à présent, proposer des packs abonnement et appareils dotés de la 4G », confie-t-il à l’APS.

Certains fabricants de téléphones mobiles en Algérie se sont mis à l’oeuvre en proposent déjà des smartphones compatibles 4G, mais ce type d’appareils demeure fort coûteux. Les tablettes, quant à elles, ne sont pour la plupart pas adaptables 4G.

Pour savoir si le smartphone dont vous disposez est compatible 4G, il faut consulter ses caractéristiques : s’il est indiqué 4G ou LTE, vous pourrez surfez aisément en très haut débit.

Certains modèles de smartphones existent en versions 3G et 4G, il est donc important de vérifier de quelle version d’appareils vous disposez.

La 4G est une génération de la technologie mobile plus développée que sa précédente la 3G, laquelle est considérée comme étant la première du réseau mobile à offrir une connexion Internet haut débit.

L’arrivée de la 4G est censée assurer une meilleure rapidité en termes de connexion notamment, en sus d’autres services et applications.

L’Algérie avait procédé aussi à l’introduction de la téléphonie fixe de quatrième génération (4G LTE), devenant ainsi le premier pays à l’échelle nord-africaine et le second, au plan continental à acquérir cette technologie.