Le chef du cabinet du ministère de l’éducation nationale, Abdelouahab Guelil a révélé, que 31 adresses IP ont été récupérées dans le cadre de l’enquête sur les supposées fuites de sujets de l’examen du baccalauréat et une femme a même été placée sous contrôle judiciaire.

Pour le moment, les investigations des services compétents sont toujours en cours sur cette affaire et toutes les hypothèses restent plausibles en attendant les conclusions de cette même enquête, selon le même responsable.

La possibilité que la femme, mise en cause, ait des complices au niveau de l’office national des examens et concours (ONEC) n’est pas exclue, selon M. Guelil qui s’exprimait sur les ondes de la radio nationale.

221 candidats-fraudeurs exclus.

Le nombre d’auteurs de tentatives de fraude, usant de moyens technologiques, a atteint 221 candidats, qui ont été exclus de la suite des épreuves.

Alors que le nombre de candidats, arrivés en retard aux centres des examens, après trois jours d’épreuves, a été de 907 cas dont 728 candidats libres et 179 scolarisés.

Pour rappel :

Une adresse IP (avec IP pour Internet Protocol) est un numéro d’identification qui est attribué de façon permanente ou provisoire à chaque appareil connecté à un réseau informatique utilisant l’Internet Protocol. L’adresse IP est à la base du système d’acheminement (le routage) des messages sur Internet.

commentaires