Cette année nous avons tenté de dresser le portrait-robot type d’un smartphone haut de gamme de 2016. Pour parvenir à nos fins, nous n’avons pas dégainé une boule de cristal ni scruté pendant des heures les entrailles d’un lapin ou le fond d’une tasse à café. Non, malgré l’attrait certain de ces méthodes, nous nous sommes plutôt plongés dans les annonces officielles et les rumeurs concernant les composants et les smartphones à venir. À la fin de chaque partie, vous trouverez notre pronostic sur les caractéristiques qui devraient être dominantes sur la majorité des smartphones haut de gamme en 2016.

Design

En 2015, il n’y a eu strictement aucun bouleversement majeur dans le design des smartphones. Mais ce n’est pas pour autant que les modèles sortis l’année dernière se sont montrés totalement inintéressants sur le front de l’esthétique. Ainsi, LG a-t-il tranché avec les habitudes du secteur en habillant son G4 de cuir, tandis que Samsung a enfin remisé son éternel plastique pour doter sa famille S6 d’une coque en verre minéral cerclé de métal, plus en rapport avec les prétentions des appareils. Les autres grands noms du secteur sont restés sur leurs acquis, avec des finitions essentiellement en métal pour les iPhone 6 / 6s, HTC One M9 et Huawei Mate S et Mate 8. Pour 2016, nous n’imaginons pas de tentative de révolution chez les fabricants de smartphones Android. Après des années à tâtonner, Samsung ne devrait en effet pas se départir de sitôt de sa trouvaille de l’année dernière. Quant à LG, il semble probable que l’accueil mitigé réservé à ses finitions cuir pousseront le fabricant à revenir au tout plastique, ou à tenter le métal pour le G5.

Quant à Apple, après les versions « s » de l’année dernière, 2016 verra le renouvellement de design pour les iPhone 7 et 7 Plus, en septembre prochain. En revanche, il est difficile à l’heure actuelle d’imaginer ce que la pomme pourrait changer. Sans trop s’aventurer, on peut avancer que l’iPhone 7 Plus devrait perdre quelques grammes.

Enfin, il faudra sans doute attendre le second semestre pour éventuellement voir apparaître une nouvelle salve de smartphones flexibles. Pour les pliables ou enroulables, 2016 semble encore un peu tôt.

Pronostic : peu d’évolutions

Écran

La course aux caractéristiques techniques est la norme chaque année entre constructeurs de smartphones sur le segment haut de gamme. Nous pensons néanmoins que pas grand-monde ne cherchera à aller concurrencer l’écran 4K du Sony Xperia Z5 Premium. Il faut dire cet afficheur a reçu un accueil critique plus que mitigé, pour le dire poliment. Les écrans QHD (2560 x 1440 px) et Full HD (1920 x 1080 px) devraient donc continuer à se partager le haut du panier en 2016. Avec des tailles de diagonales équivalentes à celles que l’on a connu l’année dernière. Les fleurons de 2016 auront donc à n’en pas douter des afficheurs dont la taille varie de 5,1″ à 5,5″. Et nous ne voyons pas les bords courbés d’écrans, à la manière du Galaxy S6 edge, se généraliser en 2016, même si BlackBerry s’en est déjà inspiré pour le Priv. En revanche, la technologie Amoled devrait continuer à gagner du terrain cette année.

La seule inconnue reste Apple. La pomme profitera-t-elle du changement de design pour introduire de nouvelles définitions ? La réponse la plus plausible est « non ». D’abord parce que les définitions actuelles des écrans des 6s et 6s Plus ne font pas l’objet de critiques nourries. Ensuite, parce qu’une hausse de la définition impacterait négativement l’autonomie.

Pronostic : des écrans de 5,1″ à 5,5″, en Full HD ou QHD

Photo

Ces derniers jours, une rumeur insistante affirme que Samsung pourrait faire machine arrière avec la définition des capteurs photo des prochains Galaxy S7, en passant de 16 Mpx à 13 Mpx. Ce qui permettrait d’accroitre encore les performances en basse luminosité. Une rumeur assez intéressante, mais qui demeure étonnante dans la mesure où Samsung nous a plutôt habitués à « toujours plus ». On a aussi entendu des bruits de couloirs concernant l’inclusion d’un deuxième capteur photo dans l’iPhone 7 Plus. Dans ce cas, ce second capteur contiendrait un zoom optique ! Il ne reste plus qu’à espérer que cette dernière rumeur contienne un fond de vérité puisqu’elle représenterait un tournant dans la fonction photo des smartphones.

Car en parallèle, après une année 2016 qui s’est avérée être un très grand cru pour la photo mobile, on ne voit pas vraiment ce que les constructeurs pourraient améliorer drastiquement en l’état actuel des technologies. On imagine que Samsung et Apple vont tout de même essayer de raboter la petite excroissance du module photo que l’on trouve aussi bien sur les iPhone 6s / 6s Plus que sur les membres de la famille Galaxy S6. Mais en matière de captation de photo pure, ce sera le calme plat ou la révolution en 2016. Inutile de dire que nous ne croyons pas trop à cette dernière possibilité…

Pronostic : une évolution incrémentale

Autonomie

proposer des autonomies de plusieurs jours au minimum ? S’il va peut-être falloir attendre un peu pour que le marché global tutoie ce genre de comportement énergétique, le prémices de 2016 nous laisse entrevoir un mouvement de fond favorables à l’avènement des belles endurances. En figures de prou, le Galaxy A5 de Samsung, mais aussi son petit frère Galaxy A3, chacun équipé respectivement d’une batterie de 2900 mAh et 2300 mAh, avec des écran Amoled, une finesse certaines et un peu de puissance pour faire tourner convenablement un OS Android rhabillé à la sauce coréenne (interface TouchWiz), se présentent sur le marché avec des autonomies solides et peu de sacrifices matériel. Nous aimons à penser, Samsung et son exposition oblige, que nous assistons avec ces deux produits de milieu de gamme, à une bascule significative des capacités d’optimisations matériel/logiciel et que cela ne peut être que prometteur pour le futur Galaxy S7. Et si Samsung montre la voie avec un tel panache, d’autres suivront sans doute.

Deux autres facteurs nous laissent penser que les autonomies seront tout de même sensiblement meilleures cette année. Le premier est Android 6.0 et son mode Doze, qui améliore la consommation énergétique du smartphone lorsqu’il est en veille. Au-delà des affirmations de Google, nous avons pu tester par nous-mêmes l’efficacité de cette nouveauté, notamment sur le Huawei Mate 8 et le Motorola Moto X Force ; pour un résultat assez impressionnant. Il faut dire aussi que ces smartphones intègrent de grosses batteries. Et c’est précisément là le second facteur qui nous intéresse. En 2016, les batteries de 3000 mAh devraient représenter le minimum syndical sur le haut de gamme, avec des constructeurs qui n’hésiteront pas à proposer nettement plus.

Pour des autonomie de 3, 4 ou 5 jours pleins en revanche, c’est un peu peine perdue pour le moment, en dehors de 1 ou 2 références de marques chinoises peu exposées et proposant des accumulateurs de 6000 à 10000 mAh (oui, rien que ça). Il y a bien toutes les technologies révolutionnaires (ou annoncées comme telles) de batterie dont nous nous faisons régulièrement l’écho dans nos colonnes et qui promettent de changer le monde de la consommation d’énergie, mais aucune n’est encore prête pour une production industrielle.

Pronostic : des batteries de 3000 mAh au minimum, pour 2 jours d’autonomie

Système d’exploitation

En 2015, nous avons eu droit à la renaissance d’un système d’exploitation avec Windows 10 Mobile, et des évolutions incrémentales pour tous les autres. En 2016, aucune innovation ne devrait venir chambouler le petit monde des OS mobiles. Bien sûr, les prochaines versions d’Android (Nutella ?) et d’iOS (iOS 10 ? iOS X ?) auront sans aucun doute une liste de nouveautés longue comme le bras. Néanmoins, il devrait s’agir là encore d’évolutions incrémentales, et non d’une rupture. À moins qu’Apple se décide enfin à fusionner iOS et Mac OS. Mais ce n’est guère la tendance, contrairement à Android. Nous pensons en effet que Google va annoncer dès cette année la fusion d’Android et de Chrome OS. Ce qui ne changera rien du côté des utilisateurs de smartphones.

Une histoire de processeur(s)

L’année dernière a été assez intéressante à suivre sur le front des puces mobiles. Elle a en effet vu Qualcomm trébucher pour la première fois, avec le SoC Snapdragon 810. Néanmoins, en l’absence d’une véritable concurrence sur ces puces du haut de gamme, il ne fait guère de doute que le Snapdragon 820 sera celle que l’on retrouvera dans la plupart des modèles du haut de gamme de Sony, LG et HTC, ainsi que dans les modèles de fabricants chinois un peu moins connus, mais qui veulent démontrer leur sérieux. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le premier smartphone à embarquer la nouvelle puce 820 est le Max Pro de LeEco(ex-LeTV). Au-delà du manque de concurrence réelle pour les puces haut de gamme, le choix de celle de Qualcomm ne devrait a priori pas se faire par défaut cette année. Le fondeur américain a non seulement eu le temps d’apprendre de ses erreurs, mais revient de plus à une architecture de cœur customisée. Ce qui n’était pas le cas de la solution Snapdragon 810. Après avoir fait l’impasse sur cette dernière dans la famille Galaxy S6 en 2015, Samsung devrait proposer une partie de son haut de gamme (Galaxy S7 / S7 edge) sous Snapdragon 820, et l’autre sous Samsung Exynos 8890. Côté mémoire vive, les 4 Go de RAM seront certainement la norme en 2016 sur les smartphones les plus onéreux. On verra peut-être apparaître un ou deux modèles avec 6 Go de mémoire vive, pour épater la galerie. Mais cela ne devrait pas devenir la norme.

Enfin, il ne faut pas s’attendre à de grosses surprises pour les prochains iPhone, qui devraient embarquer la puce mobile (SoC) Apple A10. Il se murmure tout de même que cette dernière pourrait intégrer pour la première fois une puce graphique dessinée en interne par Apple. Rappelons que jusqu’ici, c’est la société britannique Imagination Technologies qui a toujours fourni ce composant.

Pronostic : Qualcomm Snapdragon 820 + 4 Go de mémoire vive pour Android, Apple A10 pour les iPhone

le produit idéal

Histoire de voir plus loin que le pragmatisme technologique, nous nous sommes également demandé ce que pourrait être le smartphone idéal, compte tenu des avancées technologiques les plus réjouissantes de ces derniers mois, pour la plupart encore difficilement intégrables en production de masse. Tout ceci avec, tout de même, une pincée d’imagination pour certaines caractéristiques.

smartphone haut de gamme 2016 le coupable idéal.