Des chercheurs australiens ont suivi à la trace, l’effet du téléphone sur notre cerveau, dans la population du pays de 1982 à 2016. Ils ont alors constatés qu’il n’y avait aucune preuve statistique soutenant l’idée que le téléphone pourrait être en lien avec le cancer.

En comparant tous les cas de cancer du cerveau recensés entre 1982 et 2016 avec d’autres données relatives à l’utilisation du téléphone portable sur la même période, l’étude met notamment en avant que le taux de cancer du cerveau est resté stable chez les femmes et a augmenté chez les hommes. Toutefois, cette augmentation a été relevée seulement chez les hommes de plus de 70 ans et au cours de l’année 1982, avant l’arrivée dans le commerce du téléphone portable.

Le taux de cancers aurait donc augmenté avant la sortie du tout premier téléphone portable. L’étude va ensuite un peu plus loin et laisse entendre que si le nombre de cas recensés à augmenté, c’est grâce aux différentes techniques de diagnostic introduites au début des années 1980 comme la tomodensitométrie et les différentes technologies d’imagerie.

Une étude qui reste controversée même si elle n’est pas la première à aboutir à cette conclusion. Il faut dire que le cancer met parfois de longues années avant de se déclarer, alors a-t-on vraiment le recul nécessaire après 33 ans de téléphonie mobile ? Ça reste a voir. En outre, ce n’est pas une raison pour cesser de prendre certaines précautions d’usage.