Android est disponible en plusieurs dérivées à travers tous les appareils qui roulent sous cet OS, Android One et Android Go peuvent titiller les plus curieux d’entre vous.

Android One, la suite des Nexus.

Avant la sortie du Pixel en 2016, Google se contentait de modifier le logiciel de smartphones déjà en vente par d’autres marques dans sa lignée appelée “Google Play Edition“, ou sinon de développer un smartphone en collaboration avec une marque pour faire un smartphone supervisé par le géant américain côté logiciel, à fin de faire goûter la vision Google d’Android pur, lignée appelée “Nexus“.

Le Galaxy S4 Google Play Edition (GT-i9505G) est un exemple de cette lignée qui était exactement le même que la version internationale du smartphone original (Samsung Galaxy S4), avec un logiciel stock sans surcouche. D’autres smartphones ont étaient touchés de la même façon comme le HTC One, HTC One M8 ou le Sony Xperia Z Ultra.

Le Nexus 5 quant-à-lui est le représentant de la lignée des Nexus, il est bâti sur le châssis du LG G2, légèrement modifié esthétiquement, avec toujours la même expérience logicielle de Google.

Android One est donc la suite de ce programme, l’exemple en est le LG G7 One, qui est une version allégé du fleuron de la marque, le G7 ThinQ, qui ne contient pas LGUX, l’interface de LG, mais plutôt sous un logiciel purement Google. Les appareils du programme Android One, (ex G.P.E et Nexus) profitent donc d’une expérience Android pure et vide de toute surcouche de marques, ce qui leur garantie des mises à jour instantanés et directement depuis Google, sans parler d’une fluidité optimale grâce à la légèreté de l’OS qu’ils embarquent.

Android Go, séparer le “bas de gamme” des autres.

Google met la dernière version d’Android à disposition de tous les constructeurs et ce, dès sa sortie, ces derniers l’optimisent pour leurs appareils compatibles et l’envoient sur leurs serveurs de mises à jour respectifs, pour qu’en fin, l’utilisateur final reçoit une notification “mise à jour disponible“. 

Sauf que Google développe une seule version d’Android et sur une base de “configuration minimale” et “configuration optimale“, et les constructeurs ont parfois une (large) variété de smartphones avec des niveaux de performances très différents, “un constructeur x” est donc obligé de modifier cette base différemment pour ses appareils, car on ne peut pas mettre le même logiciel et fonctionnalités d’un smartphone avec 8GB de RAM sur un autre avec seulement 1.5GB en RAM, même chose pour les autres caractéristiques techniques qui différencient les smartphones.

Pour remédier à ce problème, Google annonce une version “allégée” de son OS appelée Android Go qui est destinée aux smartphones à ressources limitées, les constructeurs ont à présent le choix entre Android standard ou Android Go à intégrer dans leurs smartphones de bas de gamme.
Cette dérivée d’OS est accompagnée avec toute la panoplie des applications Google en version Go disponibles sur le Playstore.

A.O.S.P, la “base” dont j’ai parlé plus haut.

Android Open Source Project est la “base” destinée aux constructeurs et développeurs (les développeurs pour faire des ROMs customs ou des applications compatibles), une base d’Android avec le strict minimum d’applications AOSP (différentes des variantes Google de ces applications) et parfois même sans ces applications. On peut aussi qualifier ça de Android One avant l’entrée en piste des services Google (Google Play Services & Google Play Store) :D.

Google Pixel, la surcouche Google.

Les smartphones de Google appelés “Pixel” ne sont ni sous Android One, ni Android Go, mais plutôt sur une surcouche Google très proche du programme One avec quelques petites optimisations et fonctionnalités “Spécial Pixel” que l’on appelle “Pixel Experience“. Les options esthétiques, les fonctionnalités avancées et les animations différentes que celles trouvées sur la base A.O.S.P donnent au smartphone de Google une touche personnelle pour se différencier des appareils du programme d’Android One mais surtout pour pouvoir rivaliser avec la concurrence dans le segment, car les Pixels visent le secteur haut de gamme, déjà dominé par les géants de l’industrie mais que Google a réussi à se démarquer avec son expérience logicielle.